• Announcements

    • IMPORTANT - REACH US IN THE NEW FORUM   05/04/2017

      Ladies and gentlemen ATTENTION please:
      It's time to move into a new house!
        As previously announced, from now on IT WON'T BE POSSIBLE TO CREATE THREADS OR REPLY in the old forums. From now on the old forums will be readable only. If you need to move/copy/migrate any post/material from here, feel free to contact the staff in the new home. We’ll be waiting for you in the NEW Forums!

      https://community.blackdesertonline.com/index.php

      *New features and amazing tools are waiting for you, even more is yet to come in the future.. just like world exploration in BDO leads to new possibilities.
      So don't be afraid about changes, click the link above and follow us!
      Enjoy and see you on the other side!  
    • WICHTIG: Das Forum ist umgezogen!   05/04/2017

      Damen und Herren, wir bitten um Eure Aufmerksamkeit, es ist an der Zeit umzuziehen!
        Wie wir bereits angekündigt hatten, ist es ab sofort nicht mehr möglich, neue Diskussionen in diesem Forum zu starten. Um Euch Zeit zu geben, laufende Diskussionen abzuschließen, könnt Ihr noch für zwei Wochen in offenen Diskussionen antworten. Danach geht dieses Forum hier in den Ruhestand und das NEUE FORUM übernimmt vollständig.
      Das Forum hier bleibt allerdings erhalten und lesbar.   Neue und verbesserte Funktionen warten auf Euch im neuen Forum und wir arbeiten bereits an weiteren Erweiterungen.
      Wir sehen uns auf der anderen Seite!

      https://community.blackdesertonline.com/index.php Update:
      Wie angekündigt könen ab sofort in diesem Forum auch keine neuen Beiträge mehr veröffentlicht werden.
    • IMPORTANT: Le nouveau forum   05/04/2017

      Aventurières, aventuriers, votre attention s'il vous plaît, il est grand temps de déménager!
      Comme nous vous l'avons déjà annoncé précédemment, il n'est désormais plus possible de créer de nouveau sujet ni de répondre aux anciens sur ce bon vieux forum.
      Venez visiter le nouveau forum!
      https://community.blackdesertonline.com
      De nouvelles fonctionnalités ainsi que de nouveaux outils vous attendent dès à présent et d'autres arriveront prochainement! N'ayez pas peur du changement et rejoignez-nous! Amusez-vous bien et a bientôt dans notre nouveau chez nous

Leisa3502

Members
  • Content count

    3
  • Joined

  • Last visited


Community Reputation

2 Neutral

About Leisa3502

  • Rank
    Newbie
  • Birthday May 03

Leisa3502's Activity

  1. Leisa3502 added a post in a topic BDO 1an ! = Concours TEXTE RP (3000 perles à gagner !)   

    Bon j'avoue qu'à 0.5 points je suis un peu dégoûtée 
    mais bon je suis contente d'être arrivée presque première 
    gg a tous !
    • 0
  2. Leisa3502 added a post in a topic BDO 1an ! = Concours TEXTE RP (3000 perles à gagner !)   

    Bonsoir !Pk 
    je participe au concours rp mais j'ai plus de connexion sur mon pc( j'ai finit le texte et tout ) mais du coup j'en ne peut pas poster aujourd'hui donc serait il possible que je poste demain mais que ma participation soit quand même prise en compte ?(la j'utilise ma 3G mais sinon J'ai plus internet chez moi pour ce soir ....)
     Si c'est non tant pis mais c'est juste que j'ai passé beaucoup de temps dessus été je serai  dégoûtée si je peux pas participer  surtout que j'ai tout finis j'ai meme fait un petit montage pour une lettre a un moment j'ai passé deux soirée dessus enfin bref, ce serai super sympas de bien vouloir accepter, s'il vous plait :'(
    j'essai de le mettre le plus tôt possible s'il vous plaît je veux pas avoir passé des heures dessus pour rien
    apres si c'est pas possible  c'est pas un drame nationale mais bon 
     
     
    J'ai internet, alors voilà mon texte, j'espère que ma participation sera prise en compte  nom de famille : Leisa ;  nom personnage : Kementaria
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    « La Lune blanche
    Luit dans les bois ;
    De chaque branche
    Part une voix
    Sous la ramée…
    O bien aimée.
    L’étang reflète
    Profond miroir,
    La silhouette
    Du  saule noir
    Où le vent pleure…
    Rêvons, c’est l’heure.
    Un vaste et tendre
    Apaisement
    Semble descen-
    -Tu lis quoi ?
    Le jeune homme d’une vingtaine d’années se pencha sur son épaule.
    -Tu m’as coupé, Luc, ronchonna la jeune fille assise sur un muret, mais pour répondre à ta question, c’est un poème, d’un certain Verlaine.
    -Jamais entendu parler, lui répondit-il en lui souriant
    Un instant, elle plongea son regard dans le sien et sembla voir toute l’étoile de la nuit s’y refléter.
    Elle détourna le regard en rougissant.
    Jamais elle ne pourrait lui dire.
    Afin qu’il ne voit pas sa gêne elle lui répondit d’un air taquin :
    -Pourquoi ça ne m’étonne pas ? Enfin il est vrai qu’il n’est pas –ou plutôt pas encore- populaire….Moi-même je ne le connaissais pas il y a quelques jour de cela …Avoua-elle
    -Je ne le connais pas certes, sauf que contrairement à toi je ne suis pas un féru de poésie !
    -Mouais…
    -Et puis à ta place je m’inspirerais de mon environnement et de mon quotidien pour écrire mes poèmes, je ne me contenterai pas de lire ceux des autres …
    -Mon environnement et mon quotidien ? Elle éclata de rire. Un rire amer. Je passe mes journées à dormir pour ratt-----r mes nuits blanches, je vis dans une pièce de cinq mètres carrés et je passe mes nuits à monter la garde dans une ruelle boueuse accompagnée de chèvres. Déclarât-elle, blasée.
     
    -Tu es aussi accompagnée de moi-même.
    - Et de toi, mais cela va sans dire, lui répondit-elle en souriant.
    -Sinon, toujours pas de nouvelles de ton frère ? Lui demanda-t-il.
    -Non, malheureusement…. Elle se rongea nerveusement les ongles. Je suis inquiète pour lui, Luc…Cela fait presque trois semaines qu’il a disparu, ce n’est vraiment pas son genre…
    -Ecoute, Kemen’, t’en fait pas je suis sûr qu’on va le retrouver…
    -j’espère, lui répondit elle en ravalant ses larmes
    C’était sa seule famille, et elle avait disparu.
    Comme les autres.
    -Je dois prendre l’air, on se revoit demain.
    Elle s’engouffra d’un pas rapide dans une ruelle.
    -Attends, Kementaria ! Je suis désolé c’est ma faute je n’aurais pas dû aborder le sujet ! Lui cria-il.
    -C’est bon, laisse-moi maintenant ! »
    Elle avait l’habitude maintenant. Cela faisait cinq semaines qu’on lui posait ce genre de questions. Mais rien qu’aborder le sujet était trop dur pour elle .Elle aimait son frère plus que quiconque, surtout depuis que le reste de sa famille avait été… Décimée. Rien que ce mot était pour elle un véritable supplice. Elle les avait décimés. Elle avait perdu le contrôle de cette bête, Heilang. Mais elle était jeune, à peine âgée de 11 ans…Seul son frère avait survécu, mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, jamais il ne lui en a voulu. Elle s’en souvenait comme si c’était hier …
    Un rugissement, puis une grande masse noire. Bien plus grande qu’elle. Elle avait pris peur.
    Elle alla là où elle allait tous les levers du soleil depuis trois semaines maintenant. Sur les toits.
    Et alors que les premiers rayons du soleil venaient effleurer l’horizon, et qu’une légère brise caressait sa peau, faisant flotter ses longs cheveux bruns attachés en une simple mais élégante queue de cheval, le temps paru se figer. Au loin, le clocher sonnait six heures, et une nuée d’oiseau s’envolait, comme si elle n’était en réalité qu’une seule et même identité. Kementaria aurait voulu que cet instant soit éternel, ici, personne ne venait lui rappeler qu’elle était seule désormais, personne ne venait lui parler, on la laissait tranquille, et elle aimait cette douce solitude. Mais la vie continuait son court, alors elle descendit des toits, et partit en direction de chez elle, exténuée.
     
    Alors qu’elle s’apprêtait à ouvrir sa porte pour se jeter sur son lit, elle vit du coin de l’œil un morceau de papier dépasser de sous son paillasson. Elle le ramassa délicatement, alla s’asseoir sur son lit avant de lentement déplier ce qui semblait être une lettre. Le papier était extrêmement fin, et, sans faire attention, Kementaria aurait facilement pu le déchirer. C’est donc avec la plus grande délicatesse  qu’elle tint le papier, puis commença à lire les mots qui avaient été fébrilement déposés sur ce papier à l’encre, des jours, voire même des mois auparavant .
     
     
                                                                  Les larmes de Kementaria vinrent se fracasser sur le papier, se mêlant à celles de son frère qui déjà avaient imbibé le papier quelques jours auparavant, diluant les lettres d’encre noires…Elle ne savait où était sa dépouille, si il avait souffert, si elle pourrait un jour le venger.
    Non, elle ne savait pas si elle pouvait le venger. Mais elle devait essayer. Elle exaucerait son dernier souhait, irait voir les prêtres de Calpheon et puis….et puis elle verrait. Son cœur était trop chagriné pour être plus attristé, son esprit si embrumé qu’elle ne pouvait plus penser et des yeux trop secs pour pleurer. Elle partirait le lendemain, à l’aube .Elle s’endormit le cœur et le corps lourds, alors que ses dernières larmes coulaient le long de ses joues.
     
     
    Elle enfila son armure, chaussa ses bottes, vérifia qu’elle avait assez pour survivre quatre ou cinq jours, pris son épée courte, son bâton puis sorti de chez elle. Il devait être moins de cinq heure, et il n’y avait pas âme qui vive dans les ruelles du quartier marchand…Seuls quelques vendeurs préparaient leurs étalages, dans un silence assourdissant. Kementaria monta sur sa jument après l’avoir nourri, puis attacha des cheveux qui lui tombaient en cascade sur les épaules.
    « C’est parti ma belle »
    La monture se cabra, et dans les premières lueurs de l’aube, parti au galop
     
     
     
    Herio est très endurant, alors ce n’est qu’au bout d’une heure qu’il s’arrêta de courir entre les arbres et les fourrées, à bout de souffle. Il profita de ce court répit pour lire les quelques phrases de la lettre. Il ne comprenait pas tout à la signification de ces phrases, mais il avait compris une chose, cette « horde » mentionnée dans le récit était en danger, il devait les prévenir…Mais où pouvait-ils bien être ?
    « Herio ne sait pas, Herio est perdu. »
    Les petites oreilles rondes de ce dernier s’affaissèrent…Comment allait-il faire pour sauver cette horde ?Il marcha longuement dans la forêt, à la recherche du moindre indice  qui pourrait l’aider à localiser la horde.Il s’apprêtait à abandonner quant au loin, il entendit un grondement.
    La forêt n’était pas sûre.
    Alors qu’il sortait d’un buisson en courant, il tomba nez à nez avec… une créature. Il ne pourrait pas décrire cette chose, ni la nommer, mais rien que sa vision a de quoi faire tourner de l’œil plus d’un …La bête, qui se tenait sur deux pieds, possédait de grand main  aux longs doits disproportionnés, sa peau semblait dure comme une armure de Grunil et des yeux étaient rouges comme le plus écarlates des sangs ...Elle devait faire au moins trois mètres, et Herio ne faisait pas le poids face à une telle monstruosité… La bête hurla, leva un de ses imposants bras, et Herio savait que s’en était finis de lui …Il se protégea le visage de ses deux pattes, même si il savait que ce serait inutile ….Puis ce fut le noir complet.
     
    Après avoir parcouru durant de longues heures des plaines et des forêts, des collines et des landes, et avoir fait escale dans plusieurs villages, une vieille marchandes de potion dit à Kamentaria :
    « Ecoutez, j’ai entendus parler de ces prêtres…Apparemment ils ont perdu le contrôle de leurs «expériences », et auraient donné le jour à des créatures surpuissantes…
    Si vous cherchez à vaincre les monstres qu’ont engendrés ces fous, alors il vous faudra demander l’aide des elfes…. »
    Après avoir indiqué la route à la dompteuse, la vieille femme retourna à ses occupations, comme si cette conversation n’avait jamais eu lieu, comme si leur rencontre n’avait été qu’un mirage, et Kementaria parti aussitôt à la rencontre des elfes qui selon les dires d’une grande partie des citoyens de Calpheon, n’accueillaient pas forcément les étrangers à bras ouverts…
     
    Elle était à une centaine de mètres du camp des elfes, quand une flèche vint se figer dans la terre humide, à quelques centimètres des pattes avant de sa jument.
    « Chaleureux accueil » pensa Kementaria
    « Un pas en avant et tu es morte! Hurla une voix de femme, agressive.
    -Je viens chercher de l’aide, je me nomme Ke-
    -Je me moque de ton nom, gamine !
    Elle devait rester calme
    -Je me nomme Kementaria, je suis la pou-
    -Kementaria ? La sœur de Min’ ?
    Rien qu’entendre le prénom de son frère lui brisa le cœur.
    -V-Vous connaissez mon frère ?
    Une grande femme aux formes généreuses sortit d’un buisson à quelques mètres de Kementaria
    -Oui, c’est une connaissance, enchantée, je suis Eva, où est Min’, pourquoi veux-tu de l’aide ?
    -Mon frère est…mort.
    Le visage de l’elfe se décomposa, son regard s’emplit de tristesse
    -Oh… je vois…Je suis désolée…
    -Non, ce n’est rien…Kementaria sourit tristement .Si je suis ici, c’est pour vous demander de l’aide. Les prêtres de Calpheon ont commis des actes irréparables, et ont créé des «bêtes » à la force incroyable. Je dois me débarrasser d’elles. Et je ne pourrai pas le faire sans vous…
    -Pourquoi devrai-je mettre les miens en danger pour toi ? Répliqua froidement la grande blonde
    -C’était la dernière volonté de Min’…Sa voix se brisa quand il lui fallu prononcer le nom de son frère.
    Le regard de l’elfe se posa sur Kementaria, semblant sonder toute trace de mensonge en elle.
    -Je te crois. Très bien, j’emmènerai dix autres des miens avec nous. Attends-nous ici, on te rejoint. »
     
    Une vingtaine de minutes plus tard, Eva revint accompagnée de dix autres elfes, se ressemblant toutes plus les unes aux autres. Il y avait Alex, Maïa, Eveline, Kali, Shrina, Carla, Camille, enfin, le fait est que Kementaria ne se préoccupait que peu des prénoms de ces elfes, seul pour elle comptait son objectif, l’anéantissement de ces monstres.
    Elles décidèrent au bout de quelques kilomètres de se séparer, afin d’avoir plus de chances de trouver leur objectif.
    Kementaria, au bout de quelques minutes, tomba sur un camp en ruine. Vide. Une bannière à moitié brulée flottait au rythme du vent, se mêlant aux cendres qui semblaient omniprésentes dans l’air…Sur cette bannière, partiellement consumé par les flammes, un esprit noir au visage enfantin.
     « La guilde OSEF, pensa immédiatement la jeune fille, perplexe.
    Ils seraient liés à cette histoire de prêtre ? Mais que s’est-il passé ici ? »
    Elle avança lentement, toujours sur le dos de sa jument, entre les tentes délabrées des camps, quand elle vit un corps étendu au sol. Elle s’en approcha et ne mis que quelques secondes à remarquer de petites empruntent s’éloigner du corps sans vie…Elles étaient très récentes…Vingt minutes maximum…Elle devait ratt-----r la personne qui était passée par là, peut-être était-elle au courant de quelques chose ?
    Elle suivit sans difficultés particulières les régulière empruntes de pas qui se faufilaient entre les buissons, et au bout d’une quinzaine de minutes elle entendit un profond hurlement qui rompu le lourd silence qui régnait dans la forêt.
    C’était la bête qu’elle cherchait.
    Elle s’élança et couru le plus vite qu’elle put vers les cris, invoquant Heilang en même temps.
    Quand elle arriva, elle vit une immense bête anormalement difforme et à ses pieds, une toutes petite créature qui allait être frappé de plein jouet par la bête d’ici quelques instants. Elle n’hésita pas un instant.
     
    « Il se protégea le visage de ses deux pattes, même si il savait que ce serait inutile ….Puis ce fut le noir complet. »
    Un tintement. Puis une douce lueur blanche.
    Herio ouvre les yeux. Entre la bête et lui, une jeune fille aux longs cheveux noirs se tenait debout, et entre sa main, un bâton  émanant une lumière blanche semble les protéger du monstre.
    « Une dompteuse » Pense Herio
    « Aller bouge t’attend quoi ?! Hurle la dompteuse.
    -O-oui ! Herio se jeta dans une fourrée avant d’analyser la situation.
    La jeune fille est seule, et il y a une dizaine de créatures semblables à celle qui a attaqué Herio.
    Un peu plus loin, des prêtres.
    « Elle ne va pas y arriver seule, elle doit fuir ! »
     
    Alors que Herio s’apprêtait à crier à la dompteuse de fuir, une nuée de flèches vinrent se figer dans la bête,  et la dompteuse, en une nuée de coup de bâtons et d’épées finit de l’achever.
    « Des elfes ! »
    Cependant les bêtes n’étaient plus dix, mais vingt-cinq, puis trente, puis trente-cinq.
    Ça n’en finissait plus…
    Le combat faisait rage. La lame de la dompteuse, les crocs d’Heilang et les flèches des elfes semblaient effectuer un grand ballet mais n’arrivaient pas à venir à bout de ces monstres.
     
    Kementaria était acculée à un arbre.
    Dix bêtes l’entouraient …C’était fini.
    Un cri. Des cris. Des centaines de cris.
    Elle ouvre les yeux. Les bêtes ne semblent avoir été qu’un mirage .Disparues. Abattues .Devant elle des dizaines de personnes rugissent et brandissent leurs armes, unies contre l’ennemi commun : les bêtes, et les prêtres.C’était la guilde OSEF. Kementaria ne visait que les prêtres : c’était eux qu’il fallait abattre.Elle fonça dans leur direction, quand elle fut percutée en plein fouet pas une lame, étant ainsi projetée à terre.Le souffle coupé, elle tousse et crache un filet de sang.
    Son assaillant est grand et élancé, bien plus grand qu’elle.
    « -Tu es Kementaria ? Lui demanda l’homme
    -Oui, qui êtes-vous ?
    Kementaria se releva avec difficultés
    -Je sui celui qui a tué ton frère dit-il, un sourire narquois aux lèvres.Un bel élément, mais trop malin. »
    Kementaria rugissait, bouillonnait, aurait voulu déchirer sa chair lentement ou le bruler vif.Elle bondit sur le lui. Les lames s’entrechoquèrent, des étincelles s’en échappait , telles de petites étoiles.  L’homme était habile. Plut qu’elle.Elle frappe, et une égratignure apparait sur la joue du meurtrier.Il frappe, et une profonde entaille se dessine sur le mollet de Kementaria.Du coin de l’œil, elle aperçoit Heilang, trop occupé pour venir l'aider.Personne ne semble voir le combat, tous trop occupé par leur propre lutte pour venir l'aider.Un coup dans le vide ,et elle reçoit trois égratinures .Une égratinure, et elle reçoit un profonde plaie d’où le sang s'écoulait lentement.Il réussit à l’immobiliser après lui avoir donné un coup de genoux dans le ventre.Elle tombe au sol, le souffle coupé.Ses mains se resserrèrent autour de cous, Kementaria pouvait sentir la vie s’échapper de son corps, pouvait sentir le doux souffle de la mort...Heilang vint percuter l’homme, libérant Kementaria de son étreinte mortelle.Elle reprit une grande inspiration, jamais respirer n'avait était si agréable.Elle se relève. L'homme combat Heilang. Ce dernier ne tiendrai pas longtemps...
    "Heilang, revient"
    La bête disparut dans un nuage noir de jais.
    Il n'y avait plus qu'eux deux.
    La dompteuse et le meurtrier
    Elle pointa sa lame sur lui.
    Il pointa sa lame sur elle.
    Elle rugit.
    Il ria.
    Ils se ruèrent l’un sur l’autre.
    Le choc.
    Puis un instant plus tard, le silence.
    L’homme s’effondre, et avec lui toutes les créatures encore en vie.
    "Fini."
    ---------
     
    Des cris de joie et des chants retentent.
    Les gens s’enlacent , rient.
    La lune éclaire la scène de sa lueur bienveillante.
    Kementaria s’adossa à un arbre non loin de là.
    Elle avait était touchée.
    Le sang s’écoulait.
    Elle s’assit par terre.
    Sa vision se trouble.
    Plus de douleur.
    "C’est fini…"
    Le ciel est dégagé.
    Les étoiles semblent scintiller comme jamais auparavant …
    Une légère brise souffle dans la forêt.
    Kementaria ferme les yeux
    « La Lune blanche
    Luit dans les bois ;
    De chaque branche
    Part une voix
    Sous la ramée… »
     
    Et la mort vint apposer son baiser.
     
     
     
     
     
     
     
    • 0
  3. Leisa3502 added a post in a topic Vos plus beaux screenshots